À la ligne Feuillets d’usine — Joseph Ponthus

Paru en 2019, cet ouvrage m’avait échappé. Quelle erreur ! Parce que Joseph Ponthus est un écrivain, il raconte son expérience dans À la ligne Feuillets d’usine avec une sobriété de mots qui n’enlève rien à l’émotion, bien au contraire.

En Arrière-plan, une usine, au premier plan, la couverture du livre de joseph Ponthus, A la ligne, feuillets d'usine
« En entrant à l’usine
Bien sûr j’imaginais »

Crédit photo (arrière-plan) : Photo de Pierre Châtel-Innocenti sur Unsplash

Sommaire

Quel est le thème ?

Joseph Ponthus parle du travail en usine, d’abord dans une conserverie de poisson, ensuite dans un abattoir. Le travail y est pénible, insupportable, mais le narrateur n’a pas le choix, il doit bosser, coûte que coûte. Il ne trouve pas d’emploi dans sa partie et il a besoin d’argent, comme tout le monde.

C’est un seul et unique thème, même si, ça et là, apparaissent en filigrane, sa vie en dehors de l’usine, avec sa femme, avec son chien ou dans son métier d’éducateur.

Sur quoi l’auteur s’appuie-t-il ?

Joseph Ponthus s’appuie sur son expérience, mais il ne démontre rien, ne cherche pas à théoriser. Il raconte ce qu’il a vécu et le livre en est d’autant plus puissant.

Comment le livre est-il structuré ?

Le livre est réparti en 66 courts chapitres. Ils se dévorent.

Quel passage m’a le plus émue ?

Dans le chapitre 55, l’auteur s’adresse à sa mère.

« Maman
Je sais comme à toutes les époques de ta vie que tu te fais du souci pour moi »

Comment écrit-il ?

Attendez-vous à un choc parce que la syntaxe est inhabituelle : pas de ponctuation et des retours à la ligne. Chaque retour à la ligne est un petit coup de poing que j’ai reçu dans l’estomac. Alors forcément, la lecture de cet ouvrage m’a laissée éreintée.

Incipit :

« En entrant à l’usine,
Bien sûr j’imaginais
L’odeur
Le froid
Le transport de charges lourdes
La pénibilité
Les conditions de travail
La chaîne
L’esclavage moderne
Je n’y allais pas pour faire un reportage
Encore moins préparer la révolution
Non
L’usine c’est pour les sous
Un boulot alimentaire
Comme on dit »

Citation :

« Je sais que tu as travaillé toute ta vie notamment pour me payer l’école que tu as fait énormément de sacrifices pour me permettre d’avoir une bonne éducation ce qui est je crois le cas
Peut-être penses-tu que c’est du gâchis d’en arriver là à l’usine
Franchement je ne crois pas bien au contraire
Ce que tu ne sais sans doute pas c’est que c’est grâce à ses études que je tiens le coup et que j’écris
Sois-en remerciée du fond du cœur »

Mon avis en résumé

Lisez cet Ovni littéraire, vous ne le regretterez pas.

Ma note

Pour la qualité littéraire du témoignage : 5/5

Info-livre : À la ligne Feuillets d’usine par Joseph Ponthus

Couverture du livre de joseph Ponthus, A la ligne, feuillets d'usine

Editeur : Folio
ISBN : 978-2-07-288186-2
Pages : 288
Date de parution : 13/08/2020

Travailler pour de l’argent

Les hommes ont peur de la lumière
Douglas Kennedy

Los Angeles en arrière-plan, couverture du livre de Douglas Kennedy au premier plan, Les hommes ont peur de la lumière
Brendan, un chauffeur Uber, raconte ses nuits sans sommeil, sa vie sous tension…

Les sans-gloire
Laure Gombault

A l'arrière-plan, des femmes labourent un champ (1917) et au premier plan, la couverture du livre de Laure Gombault, Les sans-gloire
Travaux des champs en 1917
Partagez cet article
Catherine Perrin
Catherine Perrin

J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.

Publications: 419

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.