Le Pingouin, d’Andreï Kourkov est un livre loufoque, mais loin de n’être que cela. Derrière le récit décalé se profile la société ukrainienne. Après l’avoir lu, j’ai très envie de me plonger dans Les Abeilles grises.

Une nécrologie en arrière-plan et au premier plan, la couverture du livre d'Andreï Kourkov, Le pingouin
Micha, ne semble pas joyeux joyeux de demeurer en appartement.

Que se passe-t-il ?

Victor est au chômage. Il pourrait en profiter pour écrire, mais il n’a de talent que pour les histoires courtes. Ça tombe bien, c’est justement ce talent qui convient à la rédaction des Nouvelles de la Capitale ; elle lui demande de composer des nécrologies de personnes vivantes. Jusque-là, rien de bien étonnant, toutes les rédactions ont bon nombre de nécrologies déjà prêtes. Les choses prennent vite une tournure alarmante.

Son rédacteur en chef l’envoie à Kharkov pour rencontrer un journaliste que Victor ne verra jamais ; il l’attend en vain dans un café et apprend qu’il s’est fait assassiner. Et puis, il y a ce Micha qui se présente en se recommandant du rédacteur en chef et qui lui passe des commandes en direct, moyennant une belle rémunération (calculée à partir de celle d’une prostituée de luxe). Micha ? Oui, Micha, comme le pingouin que Victor héberge depuis que le zoo a fait faillite.

Vous êtes prévenu, ce livre ne peut être que décalé. Je l’ai lu avec plaisir, même si le rythme baisse un peu au milieu. L’intrigue est bien construite. Elle est à la fois noire (on meurt beaucoup autour de Victor) et loufoque, et, en arrière-plan, la société ukrainienne.

J’ai regretté de ne pas connaître mieux cette société qu’Andreï Kourkov déchire à pleines dents. J’aurais sans doute encore davantage apprécié.

Quels sont les thèmes ?

  • La société ukrainienne dans les années 1990
  • Corruption
  • Mafia
  • Humour

Où et quand ?

À Kiev au milieu des années 1990

Kiev en 2019
Kiev en 2019

Qui sont les personnages ?

Les personnages desservent admirablement l’histoire ; eux aussi sont farfelus

Victor
Il vit seul avec Micha, son pingouin, une bestiole pas joyeuse joyeuse de demeurer en appartement. Victor accepte les choses telles qu’elles viennent en se posant un minimum de questions. Ce n’est pourtant pas faute de rencontrer tout au long du livre des personnages énigmatiques.

Micha, pas le pingouin, l’autre
On sait très peu de choses sur lui. Il a une petite fille, Sonia qui ne se posera pas plus de questions que Victor.

Sergueï
Lorsque Victor s’est rendu à Kharkov, il lui a fallu trouver une solution pour le pingouin. Qu’auriez-vous fait ? Appeler le commissariat de police le plus proche ? Pas certaine que si vous le faites, vous obteniez le même résultat ; l’aimable policier qui répond, Sergueï, accepte d’aller chez Victor pour nourrir son animal familier. Loufoque, je vous dis.

Pipdaly, pingouinologue
Vous n’en saurez pas beaucoup plus sur les pingouins, mais il vous entraînera plus profondément dans la société ukrainienne d’Andreï Kourkov.

Comment est-ce écrit ?

Une écriture fluide et facile à lire.

Incipit :

« Ce fut d’abord une pierre qui tomba à un mètre de son pied. Victor se retourna. Au bord de la chaussée aux pavés disjoints, deux types le regardaient, l’air narquois. L’un d’eux se baissa, ramassa un nouveau projectile, et, comme s’il jouait au bowling, le lança vers Victor, en contrebas. Celui-ci fit un bon de côté, et, d’un pas rapide proche de celui des marcheurs de compétition, gagna le coin de la rue, où il tourna, se répétant : » surtout ne pas courir ! » Il ne s’arrêta qu’à proximité de son immeuble. Un coup d’œil à l’horloge publique lui apprit qu’il était vingt et une heures. L’endroit était calme et désert. Il entra dans le hall. La peur l’avait abandonné. La vie des gens ordinaires est si ennuyeuse, les distractions sont devenues hors de prix. C’est pour cela que les pavés volent bas. »

Citation :

« Lorsqu’il saurait tout, cela signifierait que son travail et lui-même serait devenu inutiles. »

Mon avis en résumé

Ce que j’ai aimé :

  • L’intrigue
  • L’écriture fluide
  • Le côté loufoque

Ce que j’ai regretté (mais peut-être pas vous) :

  • De ne pas mieux connaître la société ukrainienne pour mieux l’apprécier.

Mes notes

Univers narratif4,5/5
Personnages5,0/5
Intrigue4,5/5
Écriture5,0/5
Moyenne4,8/5
Plus de détails sur le système de notation

À vous maintenant

Vous l’avez lu ? Donnez-moi votre avis en commentaires. Pensez à activer la cloche pour recevoir un mail avec les réponses à votre commentaire.

Ce livre vous tente ? Achetez-le d’occasion grâce au lien ci-dessous. Lien affilié, c’est-à-dire que si vous achetez après avoir cliqué sur ce lien, je toucherai une commission (sans coûts supplémentaires pour vous).

Info-livre : Le Pingouin par Andreï Kourkov

Couverture du livre d'Andreï Kourkov, Le pingouin

Editeur : Liana Levi
ISBN : 978-2-86746-767-7
Pages : 274
Date de parution : 05/03/2015

Ces pays de l’Est qu’on connaît peu

Le mage du Kremlin
Giuliano Da Empoli

En arrière-plan, le Kremlin, au premier plan, la couverture du livre de Giuliano Da Empoli, Le mage du Kremlin
Baranov est librement inspiré de Vladislav Surkov

La fin de l’homme rouge
Svetlana Alexievitch

En arrière-plan, la cathédrale St Basil à Moscou, au premier plan, la couverture du livre de Svetlana Alexievitch, La fin de l'homme rouge
En arrière-plan, la cathédrale St Basil à Moscou
Catherine Perrin (cath_lit_et_chronique)
Catherine Perrin (cath_lit_et_chronique)

J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.

Rédactrice NetGalley

Articles: 593
S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
J'adorerais avoir votre avis. Dites-le-moi en commentaire.x