Les années — Annie Ernaux

En arrière-plan, un sablier et au premier plan, la couverture du livre d'Annie Ernaux
Une « autobiographie impersonnelle »

J’ai lu avec plaisir Les années, une « autobiographie impersonnelle », ainsi qu’Annie Ernaux la qualifie parce que j’y ai retrouvé des évènements passés, ceux que les gens de mon âge ont vécus. Je m’interroge pourtant sur la pérennité de cette œuvre qui est peut-être impersonnelle, mais sans doute pas universelle.

Au sommaire

Les images

« Toutes les images disparaîtront », avertit Annie Ernaux en incipit. Vrai ! Sans compter, au fur et à mesure que j’avance en âge, celles dont je suis la seule à me souvenir, parce que des personnes sont mortes et d’autres ont été perdues de vue.

L’autrice construit son livre à partir de photos. La première, sans doute de 1941, montre un bébé coiffé avec un rouleau sur la tête, il est à moitié nu sur un coussin ; avez-vous eu sous les yeux ce genre de photos, de vous-même ou de vos parents ou grands-parents ? Elles correspondent à une époque, tout comme les photos suivantes. L’une d’elles montre une petite fille aux cheveux courts et au ventre proéminent. En cette année 1944, était-elle atteinte de rachitisme ? Des temps oubliés de la narratrice, mais pas de sa famille.

Pas étonnant, donc, que le livre embraye sur les repas de famille et le grand sujet évoqué, cette guerre encore si proche.

Sujets seulement évoqués

« Ils n’en avaient jamais assez de raconter l’hiver 42, glacial, la faim et le rutabaga, le ravitaillement et les bons de tabac, les bombardements
l’aurore boréale qui avait annoncé la guerre
les bicyclettes et les carrioles sur les routes à la Débâcle
… »

Des images fortes, pleines d’émotion pour ceux qui l’ont vécu, ce qui est mon cas pour certains souvenirs, mais pour ceux qui ne l’ont pas vécu ? C’était il y a 80 ans. Viennent d’autres repas de famille, il y a soixante ans, quarante ans, puis vingt.

Mais je m’interroge

Qu’évoquent les noms de Gabrielle Russier, Pierre Mendès France, Malik Oussekine et beaucoup d’autres pour la génération d’aujourd’hui, celle qui est née après le 11 septembre 2001 ?

Des souvenirs gâchés par « les gens » et « on ».

Je ne suis jamais reconnue dans les phrases qui commençaient par « les gens » ou par « on » et cette généralisation de ce que « les gens » faisaient et de ce que « on » pensait m’a agacée. Comme si « les gens » faisaient tous la même chose au même moment et comme s’il n’y avait qu’une seule pensée correcte.

Mon avis en résumé

J’ai aimé ce livre pour tous les évènements qu’il évoquait et la place qu’il laissait à mes propres souvenirs. J’ai aussi aimé revivre l’évolution de la société.
En un sens, c’est un exploit littéraire, parfait pour les lecteurs de plus de cinquante ans. Mais que peuvent en tirer les plus jeunes ? Si c’est votre cas, et si vous avez apprécié cet ouvrage, dites-moi pourquoi en commentaires.

Ma note

Il est toujours difficile de donner une note à une autofiction. C’est certes un très bon livre, mais à cause de son manque d’universalité, je lui accorde 4,0/5.

Lecture un peu exigeante

À vous maintenant

Vous l’avez lu ? Donnez-moi votre avis en commentaires. Pensez à activer la cloche qui se situe avant le bouton Publier le commentaire pour recevoir un mail avec les réponses à votre commentaire.

Ce livre vous tente ? Achetez-le d’occasion grâce au lien ci-dessous. Lien affilié, c’est-à-dire que si vous achetez après avoir cliqué sur ce lien, je toucherai une commission (sans coûts supplémentaires pour vous).

À la recherche des souvenirs

Souvenirs dormants
Patrick Modiano

A l'arrière-plan, des myosotis, fleurs du souvenir et au premier plan la couverture du livre de Patrick Modiano, Souvenirs dormants
Des myosotis, fleurs du souvenir

La vie clandestine
Monica Sabolo

A l'arrière-plan, une jeune fille avec une arme, au premier plan, la couverture du livre de Monica Sabolo, La vie clandestine
Les membres d’Action directe ont revendiqué plus de 80 attentats ou assassinats entre 1979 et 1987

Info-livre : Les années par Annie Ernaux

Couverture du livre d'Annie Ernaux, Les années

Editeur : Folio
ISBN : 978-2-07-040247-2
Pages : 253
Date de parution : 14/01/2010

Catherine Perrin (cath_lit_et_chronique)
Catherine Perrin (cath_lit_et_chronique)

J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.

Rédactrice NetGalley

Articles: 602
S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires