Les silences des pères de Rachid Benzine raconte la quête d’un fils pour retrouver le parcours de son père. Dans les années 1970, alors jeune homme de dix-neuf ans, il est venu travailler en France, pour soutenir sa famille. Rentrée littéraire 2023.

En arrière-plan, une cassette et au premier plan, la couverture du livre de Rachid Benzine, Les silences des pères.
« Il a fallu qu’il meure pour que je revienne. »

Au sommaire

Que se passe-t-il ?

Un fils a perdu son père, ils n’étaient pas proches et le fils lui en voulait, à son père, de son silence. Après avoir vidé l’appartement, presque par hasard, il découvre une enveloppe avec un magnétophone et des cassettes, ce sont les messages que le père envoyait à son propre père resté au Maroc.

Pas vraiment un thème de tourne page, et pourtant ! Je n’ai eu de cesse d’avancer dans le livre. Ce qui a dominé ma lecture a été l’émotion, la tristesse pour ce fils qui n’a pas connu son père, l’indignation et enfin la révolte. Comment a-t-on pu traiter des êtres humains d’une telle façon ? Et enfin du soulagement quand j’ai compris que le fils avait, par-delà la mort, retrouvé son père.

Mais faut-il attendre la mort de ses parents pour les découvrir ?

Quels sont les thèmes ?

  • Immigration
  • Relations père fils
  • Enfants d’immigrés
  • Musique

Où et quand ?

Dans les années glorieuses (soudain beaucoup moins glorieuses), dans les mines du Nord, dans une cimenterie, chez Lip à Besançon et à Trappes, où le narrateur a grandi. De nos jours aussi.

Les ruines de la fosse n° 4 des mines de Lens.
Les ruines de la fosse n° 4 des mines de Lens.

Qui sont les personnages ?

Le père
Il ne parlait pas, jamais. Il a laissé son fils affronter un immense chagrin, seul. Alors le fils est parti.

Amine, le fils

« Il a fallu qu’il meure pour que je revienne. »

Comment est-ce écrit ?

L’écriture est précise et communique beaucoup d’émotions.

Incipit :

« Le pianiste est penché sur son clavier. Ses bras tombent sur l’instrument, comme épuisé, vaincu. Ses mains sont cachées par l’immense piano. Dans la salle de concert de l’Opéra de Cologne, l’auditoire reconnaît les notes de la sonnerie annonçant habituellement le début d’un concert. Le silence se fait. Ce n’est pourtant pas l’avertissement, mais le concert lui-même qui débute. L’improvisation durera une heure et six minutes. »

Citation :

« Et puis l’humiliation. Mora s’assure que tes paumes témoignent de ton ardeur au travail. Il te fait avancer, reculer, tourner sur toi même. Il te fait ouvrir la bouche, regarde l’état de tes dents. Mora toujours, qui te tâte les biceps, traque les traces de teigne sur ta peau, chasse la maladie des yeux qui pourrait amoindrir ta ferveur au fond d’une mine française. Derniers juges de paix : la toise et la balance. Il fallait peser plus de 55 kilogrammes. Quant à ton gabarit, Mora préférait les tailles moyennes, susceptibles de travailler dans des galeries de moins d’un mètre. »

Mon avis en résumé

Ce que j’ai aimé :

  • La trajectoire du père
  • La quête du fils
  • L’émotion que dégage le livre

Un des meilleurs livres du moment (2023)

Mes notes

Univers narratif4,8/5
Personnages5,0/5
Intrigue5,0/5
Écriture4,5/5
Moyenne4,8/5
Plus de détails sur le système de notation

À vous maintenant

Ce livre vous tente ? Achetez-le neuf grâce au lien ci-dessous. Lien affilié, c’est-à-dire que si vous achetez après avoir cliqué sur ce lien, je toucherai une commission (sans coûts supplémentaires pour vous).

Keith Jarrett

Le livre s’ouvre sur le début du concert de Keith Jarrett à Cologne. Retrouvez un extrait de la musique, joué par Aurelio Piano sur YouTube

Un pianiste
Cliquez sur l’image pour écouter sur Youtube

Relations père-fils

Rosa Candida
Auður Ava Ólafsdóttir

Des roses en arrière-plan, et la couverture du livre de Auður Ava Ólafsdóttir, Rosa Candida
Dans la plus belle roseraie du monde…

Je me souviens de Falloujah

A l'arrière-plan, un pont. Au premier plan, la couverture du livre de Feurat Alani, Je me souviens de Falloujah.
Les histoires de Rami et d’Euphrate se répondent, se rapprochent, s’éloignent.

Tous les matins du monde

En arrière-plan, des violes, et au premier plan, la couverture du livre de Pascal Quignard, Tous les matins du monde
Curieusement, alors que la musique domine le livre, je ne l’ai pas entendu.

Info-livre : Les silences des pères par Rachid Benzine

Couverture du livre de Rachid Benzine, Les silences des pères

Editeur : Seuil
ISBN : 78-2-02-147776-4
Pages : 171
Date de parution : 18/08/2023

Crédit photo
Les ruines de la fosse n° 4 des mines de Lens. Attribution: Bundesarchiv, Bild 146-2008-0072 / CC-BY-SA 3.0

Catherine Perrin (cath_lit_et_chronique)
Catherine Perrin (cath_lit_et_chronique)

J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.

Rédactrice NetGalley

Articles: 593
S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
J'adorerais avoir votre avis. Dites-le-moi en commentaire.x