Ne renonce pas — Anne-Sophie Hennicker

Une histoire de vengeance, mais aussi de rédemption. Ne renonce pas oscille, avec justesse, entre réalisme et fantastique, une bonne combinaison pour que le lecteur reste scotché aux pages, malgré quelques maladresses.

A l'arrière-plan un cahier, au premier plan, la couverture du livre d'Anne-Sophie Hennicker, Ne renonce pas
Le mystérieux cahier d’Elena

Lauréat du prix des chroniqueurs auto-édition 2022

L’intrigue

Sur la route du lycée, Thomas est rejoint par ses deux meilleurs amis, Caleb et Ashley. Il s’était préparé chez lui, sans croiser personne, sa mère est en voyage et son père aux abonnés absents.
Dès qu’ils arrivent au lycée, les jeunes gens cherchent Elena des yeux. Elle est leur souffre-douleur.
L’intrigue est longue à démarrer, mais une fois qu’elle a commencé, je n’ai pas pu lâcher le livre, trop hâte de connaître la suite. L’auteur sait mener l’intensité dramatique.

L’univers narratif

Il est assez flou, dans un lycée en ville ? En France ? Aux États-Unis ? Certaines descriptions peuvent le faire penser. Pour être honnête, cette imprécision ne nuit en aucun cas à l’histoire.

Les personnages

#Thomas
Dès le début, Thomas est attachant même si j’ai eu du mal à trouver une cohérence entre le Thomas dont on suit la vie quotidienne et le Thomas harceleur qu’il est pourtant. C’est bien vu de la part de l’auteur ; si tous les harceleurs n’étaient que des monstres, ce serait plus simple, alors que ce comportement haïssable touche beaucoup de jeunes. On comprend à la fin du roman pourquoi Thomas se conduit ainsi, mais j’aurais aimé que ce soit davantage montré au commencement de l’histoire. L’arc transformationnel très réussi du personnage en aurait été plus puissant.

#Ashley
Mais quelle peste ! La meilleure amie de Thomas, mais pourquoi donc ?

#Caleb
Personnage falot et peu sympathique.

#Elena
Elle est différente et en subit les conséquences.

On apprend au fil de Ne renonce pas que Thomas, Ashley et Elena ont eu des passés difficiles, mais je n’ai pas compris le lien avec l’histoire, en particulier avec le comportement d’Ashley. Tout compte fait, j’aurais aimé qu’Ashley se transforme aussi.

L’écriture

Elle est inégale, parfois puissante, mais elle comporte quelques maladresses. Anne-Sophie Hennicker a du talent et fait partie de ces auteurs qu’on aimerait voir repérer par un éditeur.

Incipit :

« Quinze minutes
La rue, menant au plus grand cinéma du pays, était noire de monde. Parmi la foule qui se bousculait, des journalistes tentaient de se frayer un chemin pour ne rater aucune miette du spectacle. Parfois même en usant de la force pour pouvoir passer. »

Citation :

« Il arriva devant l’établissement en même temps que les premiers élèves aussi matinaux que lui. Ceux qui le reconnurent lui adressèrent un sourire ou un signe de la main pour le saluer, tandis que Thomas avançait la tête haute, fier comme un coq, et dégageant toujours cette assurance qui les intimidait. Personne n’osait venir le voir pour lui parler, ayant conscience que si quelqu’un l’embêtait, il ne se priverait pas pour l’humilier par la suite. »

Mon avis en résumé

Ce que vous aimerez :

  • L’originalité de l’intrigue
  • L’intensité dramatique
  • Le thème
  • Le personnage de Thomas

Ce que vous regretterez (ou pas) :

  • Le livre est lent à démarrer

Mes notes

Univers narratif3,5/5
Personnages4,0/5
Intrigue5,0/5
Écriture 3,0/5
Moyenne3,9/5

Info-livre : Ne renonce pas par Anne-Sophie Anne-Sophie Hennicker

Couverture du livre d'Anne-Sophie Hennicker, Ne renonce pas

Editeur : Librinova
ISBN : 979-10-262-9040-7
Pages : 489
Date de parution : 01/10/2021

Partagez cet article
Catherine Perrin
Catherine Perrin

J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.

Publications: 373

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.