Okuribi Renvoyer les morts — Hiroki Takahashi

Le roman d’un auteur japonais, couronné par un prix prestigieux (dont je n’avais jamais entendu parler, mais je connais peu la littérature japonaise) et un résumé qui évoque le harcèlement scolaire, il n’en fallait pas plus pour que je me décide à lire Okuribi Renvoyer les morts.

En arrière plan, temple de Saruga, Hirakawa, Japon, au premier plan, couverture du livre d'Hiroki Takahashi, Okuribi, Renvoyer les morts
En arrière plan, temple de Saruga, Hirakawa, Japon

Service Presse

L’univers narratif

Au nord de l’archipel japonais, au nord d’Hirakawa, un pays de montagnes, de rivières et de rizières.

« Un beau jour, alors qu’il rentrait de l’école, il vit un transplanteur de riz lourdement chargé de semis plonger sans la moindre hésitation dans la boue de la rizière ; il arrêta son vélo. Le transplanteur avançait parallèlement au sentier et traçait cinq lignes en pointillés jaune-vert dans la boue. Ces pointillés étaient d’une telle précision que cela lui évoqua une figure mathématique. Les plants de riz, alignés avec régularité, allaient se développer et se couvrir d’épis. »

Devant ce spectacle paisible, le narrateur en conclut que les enfants grandiraient en bonne santé, comme les épis de blé.
Rien n’est moins sûr.

Les personnages

#Ayumu
À quinze ans, il vient d’arriver dans cette région où son père a été muté. Il passera deux ans dans un lycée local et regagnera ensuite Tokyo quand son père y sera finalement muté.
Habitué à changer d’établissement scolaire, il connaît sa facilité à s’intégrer, ne s’inquiète pas outre mesure.
L’histoire est racontée à travers les yeux d’Ayumu mais le lecteur a peu accès à ses pensées.

#Akira
Il est le chef de la petite bande de six garçons qui suivent la même classe que Ayumu.
Malgré son passé violent, il n’est pas le mal incarné, plus vraisemblablement à la fois bourreau et victime.

#Minoru

Il est le souffre-douleur de la bande. Ayumu le constate, s’interroge, peut-être devrait-il faire quelque chose ?

#Les adultes
Ils sont peu présents dans le roman, même les parents d’Ayumu, comme si adolescents et adultes menaient une vie en parallèle.

L’intrigue

Dans une classe de douze élèves, six garçons, six filles. Ayumu n’a pas le choix de la bande dans lequel s’intégrer. Il se lie avec les cinq autres garçons, devient délégué adjoint de la classe.
Pendant que les saisons se succèdent paisiblement, les adolescents, sous la houlette de Akira, commencent se défier. Des jeux douteux où c’est toujours à Minoru de relever le défi.

Le style

Le style est sec, sans ornement, il contribue à faire monter une tension glaçante.

Incipit :

« Au-delà du parapet, les lanternes étaient suspendues de poteau en poteau le long de la rivière et, se remémorant la coutume dont lui avait parlé Akira, Ayumu s’arrêta. Quand Akira racontait qu’ils déversaient du feu dans la rivière, faisait-il allusion au tôrô nagashi, cette cérémonie où l’on met à l’eau des lanternes de papier en l’honneur des morts ? »

Citation :

« La tête de la sauterelle fut aspergée de liquide, qui coula ensuite sur son corps. Elle tenta de fuir, ouvrit une fois ses fines ailes mais sans y parvenir entièrement et, tandis qu’elle rampait sans but sur le béton, sa tête et son tronc se brûlaient en se décomposant ; bientôt ses six pattes se raidirent et elle expira.
— Ça fait un bail qu’on n’a pas fait de Plaque tournante, on s’en fait une ? »

Mon avis en résumé

Ce que vous aimerez :

  • Une histoire glaçante
  • Le style qui ajoute à la tension
  • Le contraste entre les paysages paisibles et la violence de l’histoire
  • Les personnages, plus complexes qu’ils n’en ont l’air.

Ce que vous regretterez (ou pas) :

  • Les questions sans réponse.

Mes notes

Univers narratif5,0/5
Personnages5,0/5
Intrigue4,0/5
Style5,0/5
Moyenne4,8/5

Info-livre : Okuribi Renvoyer les morts par Hiroki Takahashi

Editeur : Belfond
ISBN : 978-2-7144-8645-5
Pages : 122
Date de parution : 01/10/2020

Partagez cet article
Image par défaut
Catherine Perrin
J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.
Publications: 221

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.