Partir, c’est mourir un peu – Alexandre Page

Si vous avez aimé Guerre et Paix, ce livre est fait pour vous. De l’histoire, donc. Rien que de l’histoire ?
Non, derrière les convulsions de la Russie au début du siècle dernier, il y avait une famille, dont nous parle Alexandre Page dans Partir, c’est mourir un peu.

Une photo de la famille du tsar Nicolas II , une photo de Nicolas II, une photo de son épouse Alexandra et la couverture du livre d'Alexandre Page, Partir, c'est mourir un peu
« En fait, Anastasia subissait sa position malaisée dans la fratrie. Elle était encore toute jeune et elle acceptait difficilement que l’attention fût concentrée sur son petit frère.» Alexandre Page

L’univers narratif

En Russie tout au début du XXe siècle, de Saint-Pétersbourg à Iekaterinbourg (Sibérie).
La fin de l’empire russe, la Première Guerre mondiale.

Les personnages

#Igor Kleinenberg
Fils d’un médecin, né en 1880, il ne suit pas la voie familiale, étudier la médecine à Saint-Pétersbourg. Il part approfondir ce qu’il aime, les langues, à l’Université de Youriev (Tartu, Estonie). Il revient à Saint-Pétersbourg lorsque son père tombe malade.

#Nicolas II
Né en 1868, il a été le dernier tsar de Russie, de 1894 à 1917
C’est en 1884 qu’il tombe amoureux d’Alix de Hesse-Darmstadt, fille du grand-duc Louis de Hesse et du Rhin, petite fille de la reine Victoria. Le tsar Alexandre III, père de Nicolas, est d’abord opposé à un mariage avec une princesse allemande, mais finit par céder. Alix se convertit à la religion orthodoxe, prend le nom d’Alexandra et épouse Nicolas en 1894.

#Les enfants de Nicolas et Alexandra
Nicolas et Alexandra ont eu quatre filles (Olga, Tatiana, Maria, et Anastasia) et enfin en 1904 un garçon, le tsarévitch Alexis.

#De nombreux personnages historiques
Les hommes politiques de l’époque, dont Stolypine, Premier ministre du tsar de 1906 à 1911.
Le personnel au service de la famille impériale, grand-maréchal de la Cour, jardiniers, ramoneurs, cuisiniers, femmes de chambre, et bien sûr les autres précepteurs.

L’intrigue

En 1910, le dernier élève d’Igor Kleinenberg est assez grand pour se passer d’un précepteur. Igor accède alors au poste de précepteur d’allemand des enfants impériaux.
Petit à petit, il entre dans l’intimité de la famille de Nicolas II.

Le style

Incipit :

Comme bien des « Allemands de Russie », ma famille appartenait à la communauté germanique de la Baltique.
Cliquez pour twitter l’incipit

Citation :

En fait, Anastasia subissait sa position malaisée dans la fratrie. Elle était encore toute jeune et elle acceptait difficilement que l’attention fût concentrée sur son petit frère. Ce dernier souffrait d’hémophilie, maladie qui exigeait la plus grande prévenance et une surveillance de tous les instants. 

Les bonus du livre

  • L’avant-propos qui en dit plus sur Igor Kleinenberg
  • Les nombreuses photos de la famille impériale

Mon avis en résumé

Ce que vous aimerez :

  • La rigueur de l’historien
  • La capacité de l’auteur à faire naître des émotions
  • Le style

Ce qui peut vous agacer (… ou pas) :

  • Les longueurs
  • Les interminables pages à lire avant que le talent de l’auteur, présent dès le début du livre, n’explose tout à fait.

Mes notes

Univers narratif5,0/5
Personnages3,0/5
Narration1,0/5
Style4,0/5
Moyenne3,3/5

Pour aller plus loin

Le saviez-vous ?
Le long métrage d’animation Anastasia est inspiré, très librement, de l’histoire de la plus jeune fille du tsar.

Autres publications de l’auteur :
Marcellin Desboutin : À la pointe du portrait Éditions Faton
François Flameng : Un artiste peintre dans la Grande Guerre Autoédition


Info-livre : Partir, c’est mourir un peu par Alexandre Page

Couverture du livre d'Alexandre Page, Partir, c'est mourir un peu.Editeur : Auto-édition (Amazon)
ISBN : 978-1070881492
Pages : 775
Date de parution : 08/07/2019

Partagez cet article
Image par défaut
Catherine Perrin
J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.
Publications: 231

2 commentaires

  1. Personnellement, en tant que romancière, j’ai apprécié cet ouvrage pour les détails qui sont indispensables à la bonne compréhension de l’histoire tragique de la famille du dernier tsar. Alexandre Page a fait un remarquable travail, d’une richesse documentaire indéniable, une mine d’or pour toute personne passionnée par cette période trouble de la fin de l’empire russe. La lecture de ce livre fut un plaisir.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.