Sept excellents livres autoédités

Je ne chronique désormais que très exceptionnellement des livres en autoédition. Pourquoi ? Parce qu’il est très difficile de déterminer quel livre pourrait me plaire. Et, selon mon expérience, 4 romans sur 5 sont médiocres, mauvais, parfois affligeants. Opinion qui n’engage que moi, bien sûr.

En arrière-plan, une femme travail sur une machine à imprimer, et au premier plan, un livre avec une tête d'auteur
Autoédition

Je ne dirais pas que ça n’arrive jamais en Maison d’Édition à compte d’éditeur, mais c’est beaucoup plus rare. De plus, il s’agit plus souvent d’une question de goûts que de qualité des livres. En effet, je n’aime pas certains genres, certains livres d’autres genres, mais c’est évidemment personnel.

Les sept livres autoédités que j’ai préférés

(Par ordre alphabétique d’auteurs)

Couverture du livre de Marie Barbou Jouéo, Le carrousel d'Andréa

Le carrousel d’Andréa de Marie Barbou Jouéo. Fiction et peinture, comment résister ?

Couverture du livre de Laure Gombault, Le ventre de Vénus

Le ventre de Vénus de Laure Gombault. Tout ce que j’aime dans un livre : une intrigue bien ficelée, un personnage attachant dont l’évolution est dépeinte avec finesse, et une jolie écriture.

Couverture du livre de Caroline Leblanc, Lettres de Paris

Lettres de Paris de Caroline Leblanc. Caroline se promène, observe les plaques, les mémentos et les stigmates comme le définit joliment Sylvie Germain dans Le vent reprend ses tours, et fait de petites collections de photos.

Couverture du livre d'Isabelle Morot-Sir, Le reflet du thé

Le reflet du thé d’Isabelle Morot-Sir. Une belle intensité dramatique pour cette dystopie.

Couverture du livre de Héla Saïdi, Vie rêvée

Vie rêvée d’Héla Saïdi. L’auteur part d’une situation particulière, une jeune femme musulmane homosexuelle, pour en faire une histoire aux thèmes universels

Couverture du livre de Catherine Secq, Le chemin de crôa

Le chemin de crôa de Catherine Secq. Un cosy mystery léger et amusant.

Couverture du livre de Wilhelmina Wilder, La rose des carcasses

La rose des carcasses de Wilhelmina Wilder. Un thème fantastique, celui du pacte avec le diable, mais revisité avec humour, tout ce que j’aime dans un livre fantastique.

D’autres livres chroniqués sur le site

Ils sont des qualités qui en font une lecture intéressante

À vous maintenant

Avez-vous lu des romans autoédités qui méritent d’être signalés ? Indiquez-les-moi en commentaires.

Restons en contact

Inscrivez-vous à la newsletter

En savoir plus sur l’utilisation des données

Catherine Perrin (cath_lit_et_chronique)
Catherine Perrin (cath_lit_et_chronique)

J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.

Rédactrice NetGalley

Articles: 609
S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires