Vis-à-vis — Laure Gombault

A l'arrière-plan, une femme à son balcon, au premier plan, la couverture du livre de Laure Gombault, Vis-à-vis
« Son balcon se trouve face au mien, à l’angle de la rue de la Petite-Pierre. »

Vis-à-vis de Laure Gombault est un court livre d’une centaine de pages, un livre subtil qui nécessite d’être lu lentement pour capturer tout ce que l’auteur a mis dans l’histoire, que ce soit un chat malin ou un tableau qui joue un rôle inattendu.

Service Presse

Que se passe-t-il ?

Un homme et une femme font connaissance, doucement, d’abord par des regards à travers leur fenêtre en vis-à-vis puis par de timides saluts. Serait-ce pertinent d’aller plus loin, de se rencontrer physiquement ? Lui comprend vite qu’elle ne sort pas, qu’elle vit retranchée dans son appartement. Il a pourtant la conviction que cette femme est importante pour lui. Ils ont un point commun : l’amour de la lecture.
Alors ? Que faire ?

L’intrigue se déroule délicatement, avec des informations qui se dévoilent peu à peu pour donner de l’épaisseur aux personnages, mais elle garde tous les possibles ouverts jusqu’à la fin. Et elle reste en mémoire, longtemps après que la dernière page ait été tournée.

Où et quand ?

À Paris, dans deux immeubles qui se font face et à Biarritz aussi. De nos jours

Une rue de Paris

Les personnages

Victor
Il ne sort jamais. Vous apprendrez pourquoi.

Samia
Comme Victor, elle ne sort pas. C’est sans doute ce qui a d’abord attiré Victor.

Félix le chat
Les chats choisissent parfois leur humain de compagnie. Félix a quitté la sienne pour Samia et c’est l’ouverture qu’il fallait à la jeune femme.

Véronique et Jasmine
Véronique (la sœur de Victor) et Jasmine (celle de Samia) sont leur soutien inconditionnel

Omar
Pour Samia, tout tourne autour d’Omar et j’ai aimé qu’Omar soit celui qu’il est. Peu présent, il est pourtant un personnage déterminant.

L’écriture

Incipit :

« Je suis un voyeur. J’ai bien des défauts, mais celui-là m’était inconnu jusqu’ici. Il me fait honte. Pourtant, ce n’est pas mon genre de regarder les femmes. Encore moins une femme à sa fenêtre. Son balcon se trouve face au mien, à l’angle de la rue de la Petite-Pierre. Il y a un an, je me suis installée au sixième étage de cet immeuble parisien à la façade blanche. Ces fenêtres sont restées closes de longues semaines, et, au début du mois dernier, elles se sont ouvertes sur cette femme. Je ne distingue pas bien ses traits. Je crois qu’elle vit seule. »

Citation :

« Je ne sais pas ce qu’il m’a pris, mais quand j’ai entendu ces pleurs d’enfant derrière la porte, j’ai ouvert. Il grattait le paillasson et je l’ai autorisé à entrer. Il s’est précipité sous ma table basse en me filant entre les jambes. Je l’ai laissé reprendre ses esprits, puis j’ai vu ses moustaches dépasser du canapé, suivi de son long corps gris et soyeux qui se déplie sur le tapis. Quand je me suis approchée, il a eu un mouvement de recul, nous nous sommes jaugés quelques instants, puis il a laissé mes mains fouiller sa fourrure, en ronronnant. »

Mon avis en résumé

Ce que j’ai aimé :

  • Un livre fait de plein de petites choses, souvent symboles du thème
  • Une écriture impeccable
  • Une intrigue originale et délicate

Mes notes

Univers narratif5,0/5
Personnages5,0/5
Intrigue5,0/5
Écriture5,0/5
Moyenne5,0/5

Un des meilleurs livres du moment (2023)

À vous maintenant

Vous l’avez lu ? Donnez-moi votre avis en commentaires. Pensez à activer la cloche qui se situe avant le bouton Publier le commentaire pour recevoir un mail avec les réponses à votre commentaire.

Ce livre vous tente ? Achetez-le neuf grâce au lien ci-dessous. Lien affilié, c’est-à-dire que si vous achetez après avoir cliqué sur ce lien, je toucherai une commission (sans coûts supplémentaires pour vous).

Autres livres sur l’isolement volontaire

Le nœud de vipères
François Mauriac

Des vipères à l'arrière-plan et au premier plan, la couverture du livre de François Mauriac, Le nœud de vipères.
« Je connais mon cœur, ce nœud de vipères : étouffé sous elles… »

Là où chantent les écrevisses
Delia Owens

En arrière-plan un marais, au premier plan la couverture du livre de Delia Owens, Là où chantent les écrevisses
« Un marais n’est pas un marécage. Le marais, c’est un espace de lumière, où l’herbe pousse dans l’eau, et l’eau se déverse dans le ciel. »

Pour aller plus loin

Lisez l’interview de Laure Gombault.

Info-livre : Vis-à-vis par Laure Gombault

Couverture du livre de Laure Gombault, Vis-à-vis

Editeur : Souffles Littéraires
ISBN : 978-2-492027-37-6
Pages : 124
Date de parution : 03/02/2023

Catherine Perrin (cath_lit_et_chronique)
Catherine Perrin (cath_lit_et_chronique)

J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.

Rédactrice NetGalley

Articles: 602
S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Caroline Leblanc

Merci Catherine pour cette chronique qui donne envie de découvrir le roman de Laure Gombault !