Celui qui a vu grandir la forêt — Lina Nordquist

Celui qui a vu grandir la forêt est un roman sombre, très sombre et pourtant totalement addictif. Un excellent livre qui parle de la condition humaine sans oublier la condition féminine.

Une forêt en arrière-plan et au premier plan, la couverture du livre de Lina Nordquist, Celui qui a vu grandir la forêt
« La vie peut tourner à l’enfer de bien des manières. »

Service Presse

Sommaire

Que se passe-t-il ?

En 1897, Unni est en fuite avec son fils Roar et son compagnon, Armod. Alors qu’ils n’ont presque plus d’argent, ils achètent une cabane isolée au fond d’un bois. Il faut faire vite pour remettre en état l’habitation avant l’hiver et récolter de quoi se nourrir. Hélas, ils n’en auront pas le temps et la faim sera là, qui donne des crampes d’estomac et fait enfler le ventre des enfants.

En 1973, Roar vient de mourir. Sa femme Bricken et sa belle-fille, Kåra se font face.

Un des thèmes du livre est la condition féminine et les prédateurs sexuels :

« La vie peut tourner à l’enfer de bien des manières.
Bricken n’avait pas de verrou sur sa porte. Elle avait été engrossée et jetée à la rue. Lorsque son petit Emil était né, elle n’avait plus un centime dans ses poches, mais bientôt, il n’y aurait personne auprès de qui mendier. L’Europe était à feu et à sang, la nourriture manquait… »

Unni est prête à faire n’importe quoi pour ses enfants. Faire n’importe quoi, c’est aussi se soumettre aux prédateurs sexuels.

L’autre thème est la faim, qui revient tous les hivers dans la cabane d’Armod et Unni.

« Mais tant qu’il y a l’amour… Ce n’est pas vrai. Avant tout, il faut de quoi vivre. J’avais beau aimer mes petits, leur estomac leur faisait mal. Nous mangions tout ce que nous trouvions, y compris des vers de terre. Ta sœur et toi, vous aviez les yeux qui brillaient de désespoir comme des animaux affamés. »

Deux thèmes sombres, vous en conviendrez. Si ça et là des moments plus joyeux apparaissent, ils ne durent guère ; vous replongerez bientôt dans la noirceur.

Les secrets sont nombreux, j’ai cru les connaître tous rapidement, mais je me trompais, ils se révèlent un à un jusqu’à la toute fin du livre ; le dernier répondant à des questions non posées. Vous ne vous attendrez pas à ça, je vous le promets.

Où et quand ?

Le roman s’étend sur deux périodes différentes, liées par Roar, le fils d’Unni. La forêt est toujours présente, tantôt nourricière, tantôt menaçante, voire meurtrière.

Qui sont les personnages ?

L’histoire n’est pas manichéenne, aux côtés d’Unni et de Bricken, Armod et Roar sont de belles figures masculines.

Unni
Elle ne cessera de se battre jusqu’à la fin de sa vie, pour ses enfants. C’est une femme forte, mais peut-on être libre quand on a faim ? Hantée par la culpabilité, elle s’en prend parfois à Armod qui lui rappelle comment ils en sont arrivés là. Mais, qu’auriez-vous fait à la place d’Unni ?

Armod
Le compagnon d’Unni a tout sacrifié pour elle, il restera à ses côtés malgré la misère qu’il pourrait éviter, mais à condition d’abandonner Unni.

Kåra
Parce qu’elle avait peur de la peur, elle s’est enfermée dans un mariage sans joie. La belle-fille de Roar est un personnage détestable, soit monstre, soit malade mentale. À vous de juger.

Roar
Bien qu’il soit le fil conducteur du livre, il est difficile à cerner, du moins jusqu’à la révélation de l’ultime secret qui éclaire son comportement.

Comment est-ce écrit ?

Les nombreuses descriptions ancrent cette histoire dans la réalité.

Incipit :

« Un espace ouvert en plein soleil. Une étendue de terre, pas un bruit. De grands arbres projettent des ombres un peu plus loin, mais les alentours immédiats sont déserts. Rien d’autre que des souches décharnées, de vieux coups de hache, des entailles adoucies par la pluie.
Dans un tapis de fougères gît le corps d’un homme. »

Mon avis en résumé

Ce que vous aimerez :

  • L’impeccable narration
  • De superbes personnages
  • Les nombreux secrets de cette famille

Ce que vous regretterez (ou pas) :

  • Les drames violents que subissent les personnages

Mes notes

Univers narratif5,0/5
Personnages4,5/5
Intrigue5,0/5
Écriture 4,0/5
Moyenne4,6/5

Un des meilleurs livres du moment (2023)

Le détail en plus

Née en 1977, Lina Nordquist est chercheuse. Elle est membre du Parlement suédois depuis 2018. En 2022, elle a reçu le prix du livre de l’année pour Celui qui a vu grandir la forêt.

« Entre fable sociale, drame psychologique et thriller nordique, “Celui qui a vu la forêt grandir”, de Lina Nordquist, est un roman addictif, aussi poignant qu’effrayant. Une histoire d’amour et de mort, dans le Hälsingland suédois, qui résume l’horreur et la beauté du monde. »

Philippe Chevilley — Les Echos

Secrets de famille

Le clan Snæberg
Eva Björg Ægisdóttir

En arrière-plan, un volcan et au premier plan, la couverture du livre d'Eva Björg Ægisdóttir, Le clan Snæberg
Un hôtel flambant neuf au pied d’un volcan

Le secret du mari
Liane Moriarty

A l'arrière-plan, une enveloppe : à ouvrir après ma mort, au premier plan, la couverture du livre de Liane Moriarty, Le secret du mari
Quel secret dissimule cette enveloppe ?

Info-livre : Celui qui a vu grandir la forêt par Lina Nordquist

Couverture du livre de Lina Nordquist, Celui qui a vu grandir la forêt

Editeur : Buchet-Chastel
ISBN : 978-2-283-03608-2
Pages : 446
Date de parution : 16/03/2023

Restons en contact : inscrivez-vous à la newsletter

En savoir plus sur l’utilisations des données

Catherine Perrin (cath_lit_et_chronique)
Catherine Perrin (cath_lit_et_chronique)

J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.

Rédactrice NetGalley

Publications: 562

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.