La tache — Philip Roth

En arrière-plan, une université, au premier plan, la couverture du livre de Philip Roth, La tache
L’université d’Athena est une université de qualité sans atteindre la réputation des universités de l’Ivy League.

Un livre de Philip Roth qui restera dans ma mémoire grâce à une longue plongée dans la culture américaine, mais que j’ai trouvé un peu ennuyeux à cause de multiples digressions. Les personnages de La tache sont aussi parfois difficiles à appréhender.

L’intrigue

Pour avoir traité deux étudiants noirs de zombies alors qu’il ne les avait jamais vus, leur professeur juif, Coleman Silk, est accusé de racisme (en anglais, le mot zombie est aussi un mot injurieux à destination des noirs). Plutôt que se défendre, il donne sa démission. Du jour au lendemain, il n’est plus rien, sa femme en meurt de chagrin. Il décide d’écrire un livre sur cette expérience, le livre s’appellerait Zombies.

Le secret de Coleman, totalement inattendu, donne envie d’en savoir plus et puis de nombreuses digressions arrivent, un peu ennuyeuses. La fin du livre semble poussive.
Il reste une ahurissante plongée dans la culture américaine.

L’univers narratif

L’action se déroule en 1998, à l’époque où l’affaire Monica Levinski défraie la chronique.

L’université d’Athena est une université de qualité sans atteindre la réputation des universités de l’Ivy League (Harvard, Princeton ou encore Columbia). Elle se trouve dans les Berkshire (ouest du Massachusetts).

Les personnages

#Coleman Silk
Il a réussi une belle carrière universitaire et fut le doyen de la faculté. Le narrateur raconte sa jeunesse et ensuite ce qu’il advient de lui après sa démission. J’avoue avoir eu du mal à recoller les morceaux, le narrateur aussi d’ailleurs. C’est pourtant logique : Coleman Silk est devenu quelqu’un d’autre.

Coleman a quatre enfants qui joueront un rôle important à la fin du livre.

#Le narrateur, Nathan Zuckerman
Parce que Nathan est écrivain, Coleman Silk lui demande d’écrire un livre sur ce qui lui arrivé, projet qui ne verra jamais le jour. Nathan Zuckerman, fasciné, écrira pourtant sur l’enseignant.

#Faunia Farley
Femme de ménage illettrée, elle est la dernière compagne de Coleman. Elle a trente-quatre ans, Coleman soixante-dix. Le narrateur relate la vie de Faunia, mais elle est difficile à appréhender.

Sans doute une des raisons de la fascination de l’écrivain.

#Lester Farley
Ex-époux de Faunia, il est revenu du Vietnam avec de graves troubles stress post-traumatiques. Ce qui lui est arrivé ensuite n’a sans doute pas arrangé les choses.

#Delphine Roux
Jolie femme, brillante, elle a été engagée par Coleman puis elle est devenue son supérieur. Française, elle a du mal à comprendre les Américains. Loin de défendre Coleman, elle l’enfonce. Un personnage plutôt désagréable qui aurait besoin d’un suivi psychiatrique. Je ne suis pas certaine de comprendre pourquoi l’auteur a voulu qu’elle soit française et quel sens donner à cette nationalité.

Le style

Incipit :

« À l’été 1998, mon voisin, Coleman Silk, retraité depuis deux ans, après une carrière à l’université d’Athena où il avait enseigné les lettres classiques pendant une vingtaine d’années puis occupé le poste de doyen les seize années suivantes, m’a confié qu’à l’âge de soixante et onze ans il vivait une liaison avec une femme de ménage de l’université qui n’en avait que trente-quatre. »

Citation :

« Coleman venait de m’être démasqué, or je n’aurais jamais rien pu imaginer de plus mystifiant que cette mise à nu. Maintenant que je savais tout, c’était comme si je ne savais rien. Et au lieu que les révélations d’Ernestine unifient mon idée de lui, non seulement, il me devenait inconnu, mais l’image que j’en avais perdait sa cohérence. Dans quelle mesure, jusqu’à quel point son secret avait-il déterminé sa vie quotidienne, saturé ses pensées quotidiennes ? »

Mon avis en résumé

Ce que vous aimerez :

  • Le surprenant secret de Coleman Silk
  • Une plongée dans la culture américaine
  • Un livre marquant

Ce que vous regretterez (ou pas) :

  • Des personnages difficiles à appréhender
  • Des longueurs

Mes notes

Univers narratif5,0/5
Personnages3,5/5
Intrigue5,0/5
Écriture4,0/5
Moyenne4,4/5

Lecture exigeante

À vous maintenant

Vous l’avez lu ? Donnez-moi votre avis en commentaires. Pensez à activer la cloche qui se situe avant le bouton Publier le commentaire pour recevoir un mail avec les réponses à votre commentaire.

Ce livre vous tente ? Achetez-le d’occasion grâce au lien ci-dessous. Lien affilié, c’est-à-dire que si vous achetez après avoir cliqué sur ce lien, je toucherai une commission (sans coûts supplémentaires pour vous).

Autres livres sur le milieu universitaire

Délicieuses pourritures
Joyce Carol Oates

A l'arrière-plan, une jeune fille passe devant un bâtiment universitaire, au premier plan, la couverture du livre de Joyce Carol Oates, Délicieuses pourritures
« Cherchez le point le plus faible. Frappez à la jugulaire. »

Changement de décor
David Lodge

A l'arrire-plan, deux avions se croisent, au premier plan la couverture du livre de David Lodge, Changement de décor
…deux professeurs de littérature anglaise s’approchaient l’un de l’autre à une vitesse cumulée de 1920 kilomètres à l’heure…

Info-livre : La tache par Philip Roth

Couverture du livre de Philip Roth, La tache

Editeur : Folio
ISBN : 2-07-031593-2
Pages : 480
Date de parution : 28/05/2004

Catherine Perrin (cath_lit_et_chronique)
Catherine Perrin (cath_lit_et_chronique)

J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.

Rédactrice NetGalley

Articles: 605
S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Caroline Leblanc

Hello Catherine
chronique nuancée d’un des classiques de Roth (même si je préfère I married a communist dans sa trilogie qui englobe The human stain et American Pastoral).
Le thème qu’il traite est un classique de la littérature US qui me fascine depuis longtemps, le “passing”. Je te recommande d’ailleurs le roman du même nom de Nella Larsen, traduit en “Clair-obscur” en français et qui est devenu un très beau film aussi.
Merci pour ce blog toujours si riche de recommandations
Caroline