L’amour de Mitia — Ivan Bounine

Le style d’Ivan Bounine émerveille et son écriture lyrique m’a passionnée suffisamment pour que je m’intéresse à l’amour d’un jeune homme inconnu pour qui rien d’autre n’existe que son aimée. L’amour de Mitia, un coup de cœur.

En arrière-plan, la cathédrale Saint Basil de Moscou, au premier plan, la couverture du livre d'Yvan Bounine, L'amour de Mitia
« Le 9 mars fut le dernier jour heureux que Mitia passa à Moscou. C’est du moins ce qu’il lui sembla. »

L’intrigue

Mitia, jeune étudiant est amoureux de Katia, mais Katia espère devenir actrice, ce qui l’entraîne vers une vie qui rend le jeune homme jaloux. A-t-il raison d’être jaloux ou est-ce maladif ? Il faudra attendre que Mitia quitte Moscou pour rejoindre sa famille à la campagne pour obtenir la réponse et j’ai apprécié que le doute coure tout au long du roman.
Ce n’est pas l’intrigue qui vous intéressera dans ce roman d’Ivan Bounine mais la façon dont l’amour de Mitia est traité. Les descriptions de la campagne correspondent aux humeurs de Mitia et c’est enchanteur. Les peintures du printemps mettent en exergue les sentiments du jeune homme.

Quand il est triste :

« Il passait par la belle perspective, comme les paysans appelaient l’allée principale de ce domaine. Elle était bordée par deux rangs d’énormes sapins noirs. Magnifiquement lugubre, large, toute couverte d’une épaisse couche rousse d’aiguilles glissantes, elle menait à une antique demeure qui s’élevait tout au bout, là où les deux côtés de l’allée se rejoignaient presque, dans le lointain. »

L’univers narratif

L’histoire se déroule à Moscou et dans la campagne russe. Si les descriptions de Moscou sont peu nombreuses, celles de la campagne russe sont vivantes et c’est au travers de ces descriptions que j’ai ressenti les sentiments de Mitia.

Les personnages

#Mitia
Un étudiant, jeune donc, et terriblement naïf. Est-il attachant ? Pas vraiment. En dehors de son amour pour Katia, rien ne le touche, sa famille même lui est indifférente.

#Katia
Jeune et frivole, ravissante aussi, ce qui ne peut qu’attirer les convoitises. Elle est amoureuse de Mitia, puis la vie d’actrice la rattrape. Leur affection est-elle en danger ? Difficile à dire sans atteindre la fin du livre.

Le style

J’ai adoré l’écriture d’Ivan Bounine. C’est le style qui fait tout le charme de L’amour de Mitia. Sans cette écriture, ce serait une histoire banale, un peu ennuyeuse.

Incipit :

« Le 9 mars fut le dernier jour heureux que Mitia passa à Moscou. C’est du moins ce qu’il lui sembla.
Vers midi, il remontait avec Katia le boulevard Tverskoï. Subitement l’hiver le cédait au printemps ; au soleil, il faisait presque tiède, comme si réellement les alouettes étaient déjà revenues, apportant avec elles la chaleur, la clarté, la joie. Tout était humide, tout fondait, des gouttes tombaient des maisons, les concierges cassaient la glace sur les trottoirs et jetaient à bas la neige gluante ; partout, il y avait beaucoup de monde et d’animation. Les nuages hauts se dissipaient en mince fumée blanche qui se confondait avec le bleu humide du ciel. »

Mon avis en résumé

Ce que vous aimerez :

  • Les descriptions qui répondent aux humeurs de Mitia
  • Le style magnifique

Ce que vous regretterez (ou pas)

  • Une intrigue faible (ce n’est pas ce qu’il faut chercher dans cette œuvre)

Mes notes

Univers narratif5,0/5
Personnages5,0/5
Intrigue3,0/5
Style5,0/5
Moyenne4,5/5

Mais qui est Ivan Bounine, écrivain oublié ?

Ivan Bounine (1870 – 1953) a reçu le prix Nobel de littérature en 1933.
Il a fui la Russie en 1918 pour s’installer en France où il résidera jusqu’à sa mort. Son œuvre n’a été autorisée en Russie qu’après la mort de Staline.

Info-livre : L’amour de Mitia par Ivan Bounine

Couverture du livre d'Yvan Bounine, L'amour de Mitia

Editeur : Gallimard (L’imaginaire)
ISBN : 2-07-077088-5
Pages : 148
Date de parution : 28/10/2004
(Initialement paru en 1925)

Autres prix Nobel de littérature

Quo Vadis ?
Henryk Sienkiewicz

Le Colisée en arrière plan et la couverture du livre de Henryk Sienkiewicz, Quo Vadis ?
Une histoire en pleine Rome antique

Tristesse et Beauté
Yasunari Kawabata

En arrière-plan, une image de Kyoto, au premier plan, la couverture du livre de Yasunari Kawabata, Tristesse et beauté
Beauté et lenteur pour une histoire de vengeance
Partagez cet article
Catherine Perrin
Catherine Perrin

J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.

Publications: 373

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.