Le chat, le général et la corneille — Nino Haratischwili

Le chat, le général et la corneille est un livre rare. Les personnages sont décrits avec précision, de même que les lieux où le récit se déroule. Pour finir, il aborde de nombreux thèmes, sans jamais juger, mais plutôt en montrant les impacts sur les protagonistes. Un coup de cœur.

En arrière plan un général, un chat et une corneille, au premier plan, la couverture du livre de Nino Haratischwili, Le chat, le général et la corneille
Une gamme infinie de peur …

Service Presse

L’intrigue

Shapiro aborde Chat pour lui demander de tourner un film, au prix qu’elle exigera. Elle se méfie de la proposition, trop belle pour qu’elle ne comporte pas risques et dangers. Elle refuse, jusqu’à ce qu’Onno Bender intervienne en lui remettant la photo d’une jeune fille qui lui ressemble comme une sœur, jeune fille qui a été violée et assassinée.

L’auteur raconte la vie de chacun des personnages, Le chat, le général et la corneille, depuis leur enfance. D’où ils viennent, quelles sont leurs fragilités, leurs traumatismes et ce qui les lient, souvent de leurs faits, parfois malgré eux. Le livre peut paraître long, chaque vie pouvant faire l’objet d’un roman, et le suspense n’apparaissant que peu à peu.

La structure est en forme de puzzle mais l’auteur prend suffisamment de temps pour que chaque morceau du puzzle s’emboîte avec les autres.

L’univers narratif

En 1994, des villageois musulmans mènent une vie paisible dans une vallée isolée de Tchétchénie. Leur vie est régie par l’adat (droit coutumier). Quelques années auparavant, le pays a proclamé son indépendance. En 1994, les troupes russes interviennent.

En 1995, en Russie, la mère de Malich tient absolument à ce qu’il suive les traces de son père, héros militaire.

En 2016, à Berlin, Chat aspire à être actrice.

Les personnages

#Nura
Elle a dix-huit ans en 1994 et rêve d’autres choses que la vie dans son aoul (village) de Tchétchénie. Elle est suffisamment déterminée pour prendre des risques.

« — Je ne me marierai pas avec toi. Je ne me marierai pas tout court. Je vais partir.
— Comment ? Où ça ?
— D’abord à Grosny peut-être. Je n’ai plus que quelques semaines à attendre avant mes dix-huit ans, et ensuite… »

#Malich
Élevé dans un quartier populaire de Moscou, Malich a grandi, la peur au ventre. Une seule et unique fois, un déclic a supprimé sa peur et il a rossé ses tortionnaires. Une seule et unique fois. Ils sont revenus, très vite, à la charge.

« Une gamme infinie de peur qui l’empêchait sans arrêt de faire des choses, de dire des choses sans s’être posé mille questions d’abord. Comme si, pour lui, vivre n’était pas inné, comme s’il devait péniblement apprendre ce qui était naturellement donné à la plupart des gens.
Mais à ce moment-là, cette peur s’évanouit, et il se lança à la suite de son agresseur, le rattrapa et le poussa par terre de toutes ses forces. »

Malich porte le thème de la peur, de la vengeance et de la rédemption. La guerre l’a contraint à prendre une décision impossible, décision qui l’a changé à tout jamais.

#Chat
Aspirante actrice, Chat est d’origine géorgienne et vit à Berlin. Elle porte en elle le thème de l’exil. Du moins, c’est ce que pense Sesilia, sa grand-mère, à propos de ses deux petites-filles :

« … oui, elles aussi, à leur manière, restaient des visiteuses : pour une raison qu’elle ne s’expliquait pas, elles restaient dehors, le nez collé à une vitrine imaginaire, incapables de trouver l’entrée. »

#Onno Bender

Journaliste, il a connu un grand succès avec une de ses enquêtes. Se croyant invincible, il décide d’écrire sur le général. Onno Bender porte le thème de la rédemption mais aussi de la lâcheté ainsi qu’un réel manque d’intérêt pour ce qui ne sert pas ses objectifs.

« Celui de l’observateur, du rapporteur, c’était le rôle que j’avais toujours voulu, et voilà, à l’époque, ma tentative avait échoué, mais cette fois, l’occasion se présentait à moi de réaliser tous mes rêves d’autrefois, en espérant qu’ils étaient encore d’actualités, mais pour ce faire, j’avais une mission à remplir, je devais “mobiliser” un personnage clé de l’histoire, dont le rôle était hélas, ou heureusement, absolument crucial pour l’ensemble du projet, sans lequel le plan ne pouvait pas aboutir, et sans plan, il n’y aurait pas d’histoire, et sans histoire mon livre n’était pas concevable. »

#Shapiro
Personnage énigmatique — on ne sait rien de son passé — il est d’une loyauté sans faille vis-à-vis du général.

#Chouïev, Zaïka et Petrouchov
Chouïev est un colonel de l’armée russe. Conservateur et brutal, il aime plus que tout le pouvoir que lui confère son grade. C’est sous ses ordres que Malich combat en Tchétchénie.
Iouritch, surnommé Zaïka (le lapin) est doté d’un physique ingrat et de peu de qualités. Il se met rapidement sous la protection de Petrouchov.
Petrouchov, séduisant, il est un manipulateur hors pair, sans aucune empathie ou affection pour qui que ce soit, peut-être à l’exception de Zaïka.

Le style

Le style est classique, fluide, se lit facilement.

Incipit :

« Elle regarda le ciel. À travers l’épais couvercle de nuages, elle distinguait un cercle douloureusement éblouissant. Elle avait l’impression qu’à condition de le fixer assez longtemps, à condition de tenir bon, si sa rétine prenait feu, elle verrait des os incandescents à travers le blanc aveuglant. »

Mon avis en résumé

Ce que vous aimerez :

  • Chacun des personnages
  • L’intrigue
  • La structure

Mes notes 

Univers narratif5,0/5
Personnages5,0/5
Intrigue5,0/5
Style5,0/5
Moyenne5,0/5

❤❤❤

Info-livre : Le chat, le général et la corneille par Nino Haratischwili

Couverture du livre de Nino Haratischwili, Le chat, le général et la corneille

Editeur : Belfond
ISBN : 978-2-7144-9335-4
Pages : 592
Date de parution : 19/08/2021

Livres similaires, les conséquences des guerres

Le club des Incorrigibles Optimistes
Jean-Michel Guenassia

En arrière plan BISTROT en lettres, au premier plan, couverture du livre de Jean-Michel Guenassia, Le Club des Incorrigibles Optimistes
Dans un bistrot, un club de joueurs d’échecs

Petit pays
Gaël Faye

Carte du Burundi et couverture du livre de Gaël Faye, Petit pays
« Je ne sais vraiment pas comment cette histoire a commencé. »

L’art de perdre
Alice Zeniter

Une jeune femme sur les traces de ses grands-parents en Algérie.
Partagez cet article
Image par défaut
Catherine Perrin
J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.
Publications: 221

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.