Le passeur — Stéphanie Coste

Stéphanie Coste a remporté le Prix du premier roman du Chambon-sur-Lignon pour Le passeur. Elle raconte l’histoire d’un homme brisé qui survit entre alcool et exploitation de l’autre.

En arrière-plan, une porte, au premier plan, la couverture du livre de Stéphanie Coste, Le passeur
Seyoum attend qu’on lui livre des candidats à la traversée vers Lampedusa.

L’intrigue

Seyoum attend qu’on lui livre des candidats à la traversée vers Lampedusa. Les malheureux sont parvenus à réunir l’argent nécessaire pour le voyage et à parcourir le désert du Sahara.

C’est la dernière traversée de l’année pour le passeur, ensuite il ferme jusqu’à la saison prochaine. Les migrants déjà arrivés sont enfermés dans un entrepôt, sans eau ni vivres, certains commencent à se révolter, un aléa que Seyoum sait résoudre avec cynisme, mais il n’est pas préparé à la rencontre qu’il va faire.

L’univers narratif

Au bord de la mer, sur la côte Lybienne, Seyoum achète du matériel pourri, camions et bateaux. Il se moque de savoir si les migrants survivront ou non.

Les personnages

#Seyoum
Un personnage cynique qui abuse de l’alcool et du khat (plante euphorisante et stimulante). Il n’a qu’une trentaine d’années. Il vit dans un milieu dangereux où règne la loi du plus fort. Il sait très bien comment rester le plus fort : en étant le plus méchant, le plus violent. Mais tout le monde a un passé, celui de Seyoum ne le prédestinait d’abord pas à devenir cette épave cynique. La vie, ou plutôt la dictature en Érythrée en a décidé autrement.

#Madiha
Seyoum n’avait que dix ans quand il est tombé amoureux de Madiha, la fille d’un ami de son père. Comme Seyoum, Madiha n’aura pas le choix de son destin.

Le style

Le style de Stéphanie Coste frappe, il est puissant. L’auteur n’a pas besoin de s’étendre sur des scènes excessivement violentes, sa façon de raconter suffit pour comprendre l’horreur quotidienne.

Incipit :

« Zouara, Lybie, 15 octobre 2015
J’ai fait de l’espoir mon fonds de commerce. Tant qu’il y aura des désespérés, ma plage verra débarquer des poules aux œufs d’or. Des poules assez débiles pour rêver de jours meilleurs sur la rive d’en face.
Le nombre d’arrivées de Khartoum et Mogadiscio la semaine dernière m’a surpris. Je n’avais pas prévu qu’ils seraient tant à résister au Sahara. »

Citation :

« Mais on croit toujours avoir atteint son quota de malheur, son quota de souffrances. On se dit Dieu va me donner du répit, des forces, du sursis. Puis on se demande à quel moment Dieu a enfilé les habits du diable, et ses chaussures pour nous piétiner avec ? »

Mon avis en résumé

Un coup de cœur, pas seulement pour l’histoire racontée, surtout pour la façon dont elle est racontée. Des retours en arrière, certes, mais parfaitement maîtrisés.

Ce que vous aimerez :

  • Le thème du roman
  • La narration

Mes notes

Univers narratif5,0/5
Personnages5,0/5
Intrigue5,0/5
Style5,0/5
Moyenne5,0/5

Autres livres qui parlent de migrants

L’autre bout du fil
Andrea Camilleri

A l'arrière plan, paysage de Sicile, au premier plan, le couverture du livre d'Andrea Camilleri, L'autre bout du fil
Le plaisir de la langue

Entre deux mondes
Olivier Norek

A l'arrière plan, une tente. Au premier plan, la couverture du livre d'Olivier Norek, Entre deux mondes
Les enfants heureux doivent imaginer leurs monstres, planqués sous leur lit…

Info-livre : Le passeur par Stéphanie Coste

Couverture du livre de Stéphanie Coste, Le passeur

Editeur : Gallimard
ISBN : 978-2-07-290424-0
Pages : 128
Date de parution : 07/01/2021

Partagez cet article
Catherine Perrin
Catherine Perrin

J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.

Publications: 393

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.