Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur – Harper Lee

Un homme noir est accusé du viol d’une jeune fille blanche. Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur explore les thèmes brûlants de la justice et du racisme cœur de l’Alabama des années 1930. La narration à travers les yeux d’enfants de Scout est saisissante. Prix Pulitzer 1961.

Les deux livre des Harper Lee, Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur et Va et poste une sentinelle
Les deux seuls livres écrits par Harper Lee

« La seule chose qui ne doive pas céder à la loi de la majorité est la conscience de l’individu . »

Livre culte

Harper Lee en 2007
Harper Lee en 2007

Bien qu’il ne s’agisse pas d’un roman autobiographique, Harper Lee s’est inspirée de son père, Amasa Lee, pour le personnage d’Atticus Finch. L’oiseau moqueur est un symbole du Sud. Vous apprendrez d’autres éléments sur les racines de l’œuvre si vous possédez l’édition du livre de poche. La postface en a été rédigée par Isabelle Hausser (Célubée) qui avait déjà assuré la traduction de Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur en 2005 pour les Éditions de Fallois.

Les boutons bleus comportent des liens affiliés, c’est-à-dire que si vous achetez après avoir cliqué sur ces liens, je toucherai une commission (sans coûts supplémentaires pour vous).

Sommaire

Que se passe-t-il ?

Personne n’a aperçu Boo Radley, le voisin des Finch, depuis des années. Il vit en reclus, ce qui fascine et effraie les enfants.

Un homme noir est accusé du viol d’une jeune fille blanche. Le père de Scout est désigné avocat d’office pour le défendre.

Manifestation raciste à Little Rock en 1959
Manifestation raciste à Little rock en 1959

Quels sont les thèmes ?

  • Le racisme aux États-Unis dans les annes1930
  • La justice américaine de cette époque
  • Point de vue d’une enfant

L’univers narratif

En 1935, à Maycomb, une petite ville d’un état américain ségrégationniste, l’Alabama.

Les personnages

#Scout
De son vrai nom, Louise-Jean, Scout est un véritable garçon manqué, toujours vêtu d’une salopette. Du haut de ses neuf ans, elle nous raconte sa vie de tous les jours et les évènements qui ont marqué l’été 1935.

#Jem
Âgé de 12 ans, le frère de Scout est un peu plus raisonnable que sa sœur. Mais quand la vieille et méchante Mrs Dubose insulte son père, il décapite tous les camélias de son jardin. Ce qui aura des conséquences inattendues.

#Atticus Finch
Parfois un peu dépassé par ses enfants, qui l’appellent Atticus, mais pas tant que ça en réalité, le père de Scout et Jem les élève seul après la mort de leur mère. Avocat, il leur parle droit et justice. Pour sa fille, il incarne la sagesse suprême.

#Dill
L’été, il passe ses vacances chez sa tante Miss Rachel et fait connaissance du frère et de la sœur. L’année où il ne vient pas, les vacances sont insupportables pour Scout. Mais ça ne dure pas longtemps, Dill fait une fugue, parcourt, seul, cinq cents kilomètres en train pour débarquer dans la chambre de Scout où il se cache sous le lit. Atticus joue les médiateurs et Dill aura la permission de terminer l’été à Maycomb.

#Calpurnia
La gouvernante noire des Finch. Elle joue un rôle important dans l’éducation de Scout et de Jem.

Le style

Plus classique que contemporain

Incipit :

« Mon frère Jem allait sur ses treize ans quand il se fit une vilaine fracture au coude, mais, aussitôt sa blessure cicatrisée et apaisées ses craintes de ne jamais pouvoir jouer au football, il ne s’en préoccupa guère. »

Ce que j’ai aimé en lisant Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur

L’écriture à hauteur d’enfant est fascinante pour le lecteur, Henry James a parfaitement réussi dans Ce que savait Maisie, de même que Marcel Pagnol dans ses souvenirs d’enfance (Le temps des secrets).

  • La peinture de cette petite ville du sud des États-Unis
  • Une histoire complexe racontée par une enfant
  • Le style

Ma note

Chef-d’oeuvre : 5/5

Info-livre : Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur par Harper Lee

Couverture du livre "Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur"

Editeur : Le livre de poche
ISBN : 9782253259701
Pages : 624
Date de parution : 23/01/2019

Pour aller plus loin – Va et poste une sentinelle

En 2015, Harper Lee crée la surprise en publiant, Va et Poste une sentinelle avec les mêmes personnages, dans la même ville, mais une vingtaine d’années plus tard.

Va et poste une sentinelle

« Tu as dit en substance : “je n’aime pas la façon de faire de ces gens, alors je refuse de leur accorder une minute de mon temps.” Et bien ma chérie, je crains que tu ne doives leur en accorder plus d’une, sinon, tu ne grandiras jamais. »

#Jean-Louise Finch
Plus personne ne l’appelle Scout, sauf son père quand il veut montrer son mécontentement. Elle a vingt-six ans et comme chaque année, rentre chez elle pour les vacances.

#Henry Clinton
Hank, son ami d’enfance, amoureux d’elle. Ça tombe bien, elle se doit d’épouser ce genre d’homme. Il travaille avec le père de Jean-Louise, Atticus.

#Alexandra
Sœur d’Atticus, elle a une capacité rare à agacer sa nièce. Elle lui reproche de ne pas s’habiller correctement, de ne pas rentrer à la maison pour s’occuper de son père et d’envisager, avec Hank, un mariage vulgaire.

#Jack Finch
Personnage excentrique, il est le frère d’Atticus et d’Alexandra et par conséquent l’oncle de Jean-Louise.

Jean-Louise flâne, se remémore le passé, pique-nique avec Henry Clinton. Elle prend part à un « Café », organisé par sa tante, pour qu’elle retrouve ses amies du même âge.
Un jour, elle tombe sur un fascicule dans lequel elle lit que les blancs sont supérieurs aux noirs. Horrifiée, elle veut le jeter, mais sa tante l’en empêche parce qu’elle trouve qu’il y a beaucoup de choses vraies. D’ailleurs, c’est un document qu’Atticus a rapporté du conseil des citoyens dont il est membre. Impossible, pense Jean-Louise, son père ne peut être membre d’une organisation de défenseurs de la suprématie de la race blanche. Il y a forcément une explication et elle va la trouver.

Incipit :

« Depuis Atlanta, elle regardait défiler le paysage par la vitre du wagon-restaurant avec une exaltation presque physique. »

Mon avis en résumé sur Va et poste une sentinelle

Ce que j’ai aimé

  • Le portrait de la société d’une petite ville américaine dans les années 1950.
  • Scout une vingtaine d’années plus tard.
  • Le le récit du  passage de Scout à la maturité

Ce qui que j’ai regretté (mais peut-être pas vous)

  • Les longueurs du début de l’ouvrage
  • Le personnage, fade, de Henry Clinton

Ma note

Pour le plaisir de retrouver Scout : 3/5

Le silence
Dennis Lehane

En arrière-plan, un dessin de Boston, au premier plan, la couverture du livre de Dennis Lehane, Le silence
Un roman noir

Nickel Boys
Colson Whitehead

En arrière plan, une carte postale représentant la Dozier School, au premier plan, la couverture du livre de Colson Whitehead, Nickel Boys
En arrière-plan, la Dozier School for boys (carte postale)

Info-livre : Va et poste une sentinelle par Harper Lee

Couverture du livre d'Harper Lee, Va et poste une sentinelle.

Editeur : Le livre de poche
ISBN : 978-2-253-06878-5
Pages : 348
Date de parution : 28/09/2016

Catherine Perrin (cath_lit_et_chronique)
Catherine Perrin (cath_lit_et_chronique)

J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.

Rédactrice NetGalley

Articles: 593
S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
2
0
J'adorerais avoir votre avis. Dites-le-moi en commentaire.x