Sidérations — Richard Powers

Prenez un papa dépassé par son fils autiste (peut-être), Des fleurs pour Algernon (Daniel Keyes), l’état de la planète, un clone de Greta Thunberg, un président américain liberticide, mélangez le tout et vous obtiendrez Sidérations, un livre un peu ennuyeux, qui enfonce des portes ouvertes, malgré tout ce que vous pourrez apprendre sur les formes de vie.

A l'arrière-plan, Saturne et ses anneaux, au premier plan, le couverture du livre de Richard Powers, Sidérations
Théo Byrne est astrobiologiste

L’intrigue

Théo Byrne a perdu sa femme et doit élever seul son fils Robin. Il fait de son mieux, mais les crises de l’enfant à l’école posent problème. S’il veut que son fils continue d’être scolarisé, il doit prendre des mesures : des médicaments ? Pas question. Et s’il y avait une autre solution ?
Que Théo n’ait pas envie que son fils subisse un traitement lourd, c’est compréhensible, mais qu’il laisse un chercheur, qu’il n’apprécie pas, intervenir dans son cerveau ?
L’intrigue manque d’originalité, parce que c’est une réécriture du livre Des fleurs Pour Algernon. Y introduire les sujets préoccupants contemporains la rajeunit, un peu. Si vous n’avez pas lu ce dernier, Sidérations vous plaira, sans aucun doute.

L’univers narratif

Dans un futur pas très éloigné, les États-Unis ont un président pas fan des libertés individuelles. Robin a eu plusieurs diagnostics, ce qui laisse supposer que les connaissances sur le fonctionnement du cerveau humain n’ont pas vraiment progressé.
Théo et Robin parcourent le pays, ce qui permet d’avoir de belles descriptions des paysages américains.

Les personnages

#Théo Byrne
Il est astrobiologiste, essaie d’imaginer toutes les formes de vie possibles dans toutes sortes de monde, de façon à ce qu’on puisse les reconnaître si on les rencontre. Robin est passionné par les planètes dans lesquelles il plonge en compagnie de son père.
Malheureusement, dans ce futur proche, découvrir que la vie existe ou a existé sur d’autres planètes n’enthousiasme pas les Américains.

#Robin Byrne
Délicieux petit garçon de neuf ans, peut être Asperger, peut-être pas.

#Aly Byrne
Elle est décédée dans un accident de voiture, mais elle est très présente. Elle était activiste pour la cause animale, ce qui aura une grande influence sur Robin.

Le style

Incipit :

« Mais alors on risque de ne jamais les trouver ?
Nous avions installé le télescope sur la terrasse, par une claire soirée d’automne, à la lisière d’une des ultimes poches de ténèbres de l’Est des États-Unis. »

Citation :

« Après un âge d’or d’une douzaine d’années, l’astrobiologie en était réduite à mendier. Mais je fus étonné d’apprendre que même le domaine de Currier, malgré ses applications pratiques, était à court d’argent. Je n’aurais jamais imaginé que toute recherche scientifique doive prouver sa rentabilité. Mais bon, je n’aurais jamais imaginé non plus que le ministère de l’Éducation couperait les crédits aux écoles primaires qui enseignaient la théorie de l’évolution. »

Mon avis en résumé

Ce que vous aimerez :

  • Le personnage de Robin
  • L’amour de Théo pour sa famille
  • La culture de l’auteur

Ce que vous regretterez (ou pas) :

  • Pas d’espoir
  • Peu d’originalité

Mes notes

Univers narratif5,0/5
Personnages3,5/5
Intrigue1,0/5
Écriture5,0/5
Moyenne3,6/5

Info-livre : Sidérations par Richard Powers

Couverture du livre de Richard Powers, Sidérations

Editeur : Actes Sud
ISBN : 978-2-330-15318-2
Pages : 397
Date de parution : 22/09/2021

Partagez cet article
Catherine Perrin
Catherine Perrin

J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.

Publications: 373

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.