La retraite sentimentale — Colette

Lire La retraite sentimentale, c’est entrer dans un monde où les jours s’étirent pour laisser la place à des descriptions vivantes et sensuelles, d’un sous-bois, d’un feu de cheminée ou de comportements animaliers :

En arrière-plan; fenêtre provençal fermé sous du lierre, au premier plan, la couverture du livre de Colette, La retraite sentimentale
Un peu plus tard vient un hérisson…

« Un peu plus tard vient un hérisson, un être brouillon, inconséquent, hardi, froussard, qui trotte en myope, se trompe de trou, mange en goinfre, a peur de la chatte, et mène un bruit de jeune porc lâché. La chatte grise le hait, mais ne l’approche guère, et le vert de ses yeux s’empoisonne quand elle le regarde. »

L’intrigue

Claudine a trouvé refuge à Casamène, la maison de son amie Annie, où elle patiente en attendant le retour de son mari du sanatorium. Sa vie est rythmée par les confidences d’Annie, les lettres de Renaud et les obligations liées à la propriété, obligations que lui cède son amie avec plaisir. Quand Marcel, le fils de Renaud les rejoint, Annie sort ses jolies robes.

Claudine se languit de Renaud, s’étonne de découvrir une Annie différente, réfléchit, bouscule un peu Annie et beaucoup Marcel.

L’univers narratif

Rien que pour le plaisir de savourer les descriptions, le livre mérite d’être lu.

Les personnages

#Claudine
La retraite sentimentale est le cinquième et dernier ouvrage où apparaît le personnage de Claudine qui a maintenant vingt-huit ans. Enfant, puis femme libre, comme le fut l’auteur en son temps, bref, son double.

#Renaud
Mari de Claudine, il a cinquante ans.

#Annie
Une pauvre petite chose, mais pas exempte de vice. Son vice ? Elle aime la « chair fraîche » qu’elle vient de découvrir. Et Marcel est tellement joli. « Ma pauvre Annie ! »

#Marcel
Fils de Renaud, il est donc le beau-fils de Claudine. Personnage inconséquent qui l’agace, mais elle a promis à son mari de s’occuper de lui, bien qu’en réalité, Marcel et Claudine aient le même âge.

Le style

Incipit :

« — Renaud, vous savez ce que c’est ça ?
Il se détourne à demi, son journal sur ses genoux ; sa main gauche écartée tient une cigarette, le petit doigt en l’air, comme une mondaine tiendrait un sandwich ».

Citation :

« Cette Annie passive, dont nous haussions les épaules avec une pitié gentille, qui l’aurait cru ? Elle a secoué son mari et son mariage simplement, sans fracas, comme ses chiens souples qu’on attache et qui sortent de leur collier fermé en se râpant un peu les oreilles… »

Mon avis en résumé

Ce que vous aimerez :

  • Le style
  • Claudine bien sûr

Mes notes

Vous l’avez compris, je suis fan : 5/5

Autres livres sur le temps qui s’étire

Tristesse et Beauté
Yasunari Kawabata

En arrière-plan, une image de Kyoto, au premier plan, la couverture du livre de Yasunari Kawabata, Tristesse et beauté
Beauté et lenteur pour une histoire de vengeance

Chien-loup
Serge Joncour

En arrière plan, une tête de loup, au premier plan, la couverture du livre de Serge Joncour, Chien-loup
Dans un village du triangle noir du Quercy…

Julip et autres nouvelles
Jim Harrison

En arrière-plan, un homme au bord de l'eau, au premier plan, la couverture du livre de Jim Harrisson, Julip, La femme aux lucioles
Des nouvelles d’un des plus grands auteurs américains

Info-livre : La retraite sentimentale par Colette

Couverture du livre de Colette, La retraite sentimentale

Editeur : Folio
ISBN : 2-07-036135-7
Pages : 243
Date de parution : 01/06/1972
(initialement publié en 1907)

Partagez cet article
Image par défaut
Catherine Perrin
J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.
Publications: 249

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.