Retour à Killybegs — Sorj Chalandon

J’ai préféré Retour à Killybegs de Sorj Chalandon à Mon traître, mais je ne l’aurais sans doute pas tant aimé si je n’avais pas lu ce dernier.

En arrière-plan, des mains qui se lèvent et au premier plan, la couverture du livre de Sorj Chalandon, Retour à Killybegs
J’ai aimé la description de cette guerre et de ses horreurs vues de l’intérieur. Et des problèmes moraux que la guerre pose.

Que se passe-t-il ?

Tyrone Meehan naît le 8 mars 1925 dans un foyer irlandais, républicain et pauvre. Son père, ancien de l’IRA, boit et bat ses enfants. Après sa mort, la famille de Tyrone se réfugie chez son oncle maternel à Belfast. Tyrone rencontre une autre forme de violence, celle de la guerre. Je ne dévoile rien en disant que Tyrone a trahi sa cause. La dédicace du livre est claire :

« À ceux qui ont aimé un traître ».

Retour à Killybegs, qui est plus puissant que Mon traître, raconte l’histoire du point de vue de Tyrone. Mais il vaut mieux la lire après pour l’apprécier pleinement. J’ai aimé la description de cette guerre et de ses horreurs vues de l’intérieur. Et des problèmes moraux que la guerre pose.

En revanche, je n’ai pas été convaincue par les motifs de la trahison, même si la mise en place est surprenante avec presque un air bon enfant. Tout est dans le presque.

Les boutons bleus comportent des liens affiliés, c’est-à-dire que si vous achetez après avoir cliqué sur ces liens, je toucherai une commission (sans coûts supplémentaires pour vous).

Quels sont les thèmes ?

  • Le conflit en Irlande du Nord
  • Les trahisons
  • La violence

Où et quand ?

Le roman se déroule en Irlande du Nord de 1925 à 2007.

Fouille des forces Britanniques à l'entrée d'un quartier protestant de Belfast en1978
Fouille des forces Britanniques à l’entrée d’un quartier protestant de Belfast en1978

Qui sont les personnages ?

Tyrone Meehan
Il n’est pas toujours compréhensible, en revanche ses souffrances physiques et morales le sont. C’est le point fort du roman : Sorj Chalandon nous fait vivre ses interrogations et ses vaines tentatives de justification.

Jim O’Leary
Je voulais en savoir plus sur lui, et j’ai été exaucée. Le fait qu’il paraît différent du personnage de Mon traître donne tout son sens à ces deux livres : à quelles contradictions devrions-nous faire face dans une telle situation ?

Vous retrouverez également Sheila et Cathy, respectivement les femmes de Tyrone et de Jim, et Antoine, bien sûr, ainsi que de nouveaux personnages, dont certains pires que le traître.

Comment est-ce écrit ?

Incipit :

« Quand mon père me battait, il criait en anglais, comme s’il ne voulait pas mêler notre langue à ça. Il frappait bouche tordue, en hurlant des mots de soldat. »

Citations :

« Plusieurs nuits, je n’ai pas trouvé le sommeil. Et un matin, au réveil, ma décision était prise, j’allais tromper mon peuple pour que l’IRA n’ait pas à le faire. En trahissant mon camp, je le protégeais. En trahissant l’IRA, je la protégeais. »

« — Si tu acceptes de travailler pour nous, c’est pour sauver ta réputation, pas pour sauver ta peau, m’avait dit le flic.
Il avait raison. Je ne voulais pas saccager le grand Tyrone Meehan. Je me foutais bien de l’IRA. Cette histoire de trahir pour ne pas la trahir était une histoire que je me racontais. J’ai pris peur de l’autre en moi. Je me suis dégoûté. Toute ma vie, j’avais recherché les traîtres, et voilà que le pire de tous était caché dans mon ventre. »

Mon avis en résumé

Ce que j’ai aimé :

  • Le personnage de Tyrone
  • La description précise des catholiques de Belfast
  • Les interrogations morales

Ce que j’ai regretté (mais peut-être pas vous) :

  • Les motifs de la trahison

Mes notes

Univers narratif5,0/5
Personnages5,0/5
Intrigue4,0/5
Écriture5,0/5
Moyenne4,8/5
Plus de détails sur le système de notation

Sur d’autres conflits

Je me souviens de Falloujah

A l'arrière-plan, un pont. Au premier plan, la couverture du livre de Feurat Alani, Je me souviens de Falloujah.
L’Irak – (Feurat Alani)

Beyrouth-sur-Seine
Sabyl Ghoussoub

Beyrouth en arrière-plan, Couverture du livre de Sabyl Ghossoub, Beyrouth-sur-seine.
Liban

L’art de perdre
Alice Zeniter

Une photo d'Algérie et la couverture du livre d'Alice Zeniter, L'art de perdre
Algérie

Info-livre : Retour à Killybegs Sorj Chalandon

Couverture du livre de Sorj Chalandon, Retour à Killybegs

Editeur : LGF/Livre de Poche
ISBN : 978-2-253-16456-2
Pages : 331
Date de parution : 22/08/2012

Crédit photo
Fouilles des forces britanniques Olivier Victor Marius DUMAY sous licence CC BY-SA 4.0

Cet article vous a-t-il été utile ? Notez-le !
[Total: 1 Moyenne : 4]
Catherine Perrin (cath_lit_et_chronique)
Catherine Perrin (cath_lit_et_chronique)

J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.

Rédactrice NetGalley

Articles: 582

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.