Sur la dalle — Fred Vargas

Depuis le dernier roman policier de Fred Vargas, il s’est écoulé six ans. Autant dire que la sortie de Sur la dalle faisait figure d’évènement. J’ai dû attendre longtemps avant de l’emprunter à la médiathèque, attente qui, hélas, n’en valait pas la peine. Mais où est donc passé le charme des livres de Fred Vargas ?

En arrière-plan, un hérisson et au premier plan, la couverture du livre de Fred Vargas, Sur la dalle
Adamsberg sauve un hérisson
Francois-Rene de Chateaubriand (1768-1848)
Francois-Rene de Chateaubriand (1768-1848)

Que se passe-t-il ?

Le commissaire Adamsberg se lie d’amitié avec un de ses homologues bretons et ils sont bientôt appelés à travailler sur la même affaire, une bien curieuse affaire, fantôme compris, forcément, on est chez Vargas. Adamsberg, grâce à son observation aiguë, innocente d’abord un lointain descendant de Chateaubriand qui ressemble comme deux gouttes d’eau à son ancêtre (on est chez Vargas, hein !). Ceci étant fait, il faut quand même trouver le véritable assassin.

Analyse
Je n’ai pas retrouvé ce qui fait le charme des livres de Vargas, son atmosphère très particulière. Les péripéties (tout comme les personnages) sont difficilement crédibles. C’est une lecture agréable, rapide malgré les 500 pages, mais pas de celle qui fait rechercher d’autres livres de l’auteur. Un roman policier tout-venant.

Où et quand ?

À Louviec, village typiquement breton, non loin de Combourg, ville où a vécu Chateaubriand. À Louviec, deux populations s’affrontent : ceux qui ne supportent pas qu’on marche sur leur ombre et ceux qui trouvent ça ridicule (moi aussi, j’ai trouvé ça ridicule).

Château de Combourg
Château de Combourg Crédit photo : Calips sous licence CC BY-SA 3.0

Qui sont les personnages

Jean-Baptiste Adamsberg
Ma dernière lecture est, certes lointaine (Quand sort la recluse, 2017), mais le célèbre commissaire était comme ça, vraiment ? J’ai moyennement aimé toutes les explications sur son mode de fonctionnement.

Josselin de Chateaubriand
Il ne se contente pas d’être le sosie de l’illustre écrivain, il accentue la ressemblance par ses vêtements, pour faire plaisir aux touristes. Vous y croyez, vous ? Pourtant Fred Vargas avait fait fort avec la peste ou les araignées, mais cette fois-ci ça ne fonctionne pas.

Franck Matthieu
Partagé entre admiration et agacement, le commissaire breton est un personnage réaliste, mais fade.

Johan
Le patron de l’auberge de Louviec chouchoute les équipes de policiers qui cherchent le criminel. (Et ça n’en finit pas)

Vous croiserez d’autres personnages, une pseudosorcière, un ancien bossu et les pires des malfrats, bien sûr.

Comment est-ce écrit ?

Incipit :

« Le gardien du commissariat du 13e arrondissement de Paris, Gardon, pointilleux jusqu’à la maniaquerie, était à son poste à 7 h 30 pile, la tête penchée vers le ventilateur de son bureau pour sécher ses cheveux, selon son habitude, ce qui lui permit d’apercevoir de loin le commissaire Adamsberg approcher à pas très lents, portant sur ses avant-bras un objet non identifié, les paumes tournées vers le ciel, avec autant de précautions que s’il tenait un vase en cristal. »

Citation :

« Il s’assoupissait en attendant que l’analgésique fît son effet quand il sentit une bulle imprévue remonter avec lenteur et difficulté vers sa conscience, du fond de son lac opaque. Immobile, aux aguets, il la laissait cheminer, les mains placées en cuvette sur son torse comme pour la saisir quand elle émergerait. Elle était lourde, confuse, charriant des fragments mêlés de son hérisson revenu au bosquet, des derniers mots de Gaël, des images de Joumot, du docteur, de l’œuf, de la cordialité… »

Mon avis en résumé

Si vous aimez Fred Vargas, relisez plutôt ses anciens livres. Si vous ne connaissez pas Fred Vargas et que vous aimez les romans policiers avec beaucoup de rebondissements et que vous vous souciez peu de la crédibilité des personnages, vous devriez passer un bon moment.

Si vous préférez des enquêtes plus réalistes, Code 93 d’Olivier Norek devrait vous plaire davantage. Pour de l’humour plus explicité, Mamie Luger de Benoît Philippon.

Mes notes

Univers narratif3,0/5
Personnages2,5/5
Intrigue3,0/5
Écriture3,5/5
Moyenne3,0/5
Plus de détails sur le système de notation

À vous maintenant

Vous l’avez lu ? Donnez-moi votre avis en commentaires. Pensez à activer la cloche pour recevoir un mail avec les réponses à votre commentaire.

Ce livre vous tente ? Achetez-le neuf grâce au lien ci-dessous. Lien affilié, c’est-à-dire que si vous achetez après avoir cliqué sur ce lien, je toucherai une commission (sans coûts supplémentaires pour vous).

Romans policiers à rebondissement

Billy Summers
Stephen King

Un arrière-plan, un sniper et au premier plan, la couverture du livre de Stephen King, Billy Summer
Billy ne tue que les « méchants », que ce soient d’autres méchants qui le paient pour le job ne lui pose pas de problème.

Les garçons qui brûlent
Eva Björg Ægisdóttir

En arrière-plan, des maisons islandaises, au premier plan, la couverture du livre d'Eva Björg Ægisdóttir, Les garçons qui brûlent
Un garçon à la vie banale, qu’a-t-il bien pu lui arriver ?

Info-livre : Sur la dalle par Fred Vargas

Couverture du livre de Fred Vargas, Sur la dalle

Editeur : Flammarion
ISBN : 978-2-08-042050-3
Pages : 508
Date de parution : 17/05/2023

Catherine Perrin (cath_lit_et_chronique)
Catherine Perrin (cath_lit_et_chronique)

J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.

Rédactrice NetGalley

Articles: 593
S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
J'adorerais avoir votre avis. Dites-le-moi en commentaire.x