V13 — Chronique judiciaire — Emmanuel Carrère

Dans V13 — Chronique judiciaire, Emmanuel Carrère raconte le procès des attentats terroristes du 13 novembre 2015. Même si nous n’avons jamais la réponse — et nous ne l’aurons jamais — à la question qui nous taraude — comment de jeunes hommes en sont arrivés là — je vous recommande de lire ce solide témoignage.

En arrière-plan un marteau de justice, au premier plan, la couverture du livre d'Emmanuel Carrère, V13 Chronique judiciaire
Le procès des attentats du 13 novembre 2015 s’est ouvert fin 2021 et a duré dix mois

Photo d’arrière-plan de Tingey Injury Law Firm sur Unsplash

Sommaire

Un procès hors norme

Le procès des attentats du 13 novembre 2015 s’est ouvert fin 2021 et a duré dix mois :

« 8 septembre 2021, midi. Île de la Cité, sous haute protection policière. Nous sommes quelques centaines à franchir pour la première fois ces portiques de sécurité que nous allons franchir tous les jours pendant un an. »

Emmanuel Carrère a passé ces mois à assister, assis sur un banc inconfortable, à ce procès-fleuve même quand les débats étaient ennuyeux. Il décrit le témoignage des victimes, les refus de prise de paroles des accusés ou leurs mensonges, les questions sans réponses et bien sûr l’incompréhension.

Le témoignage des victimes

La première partie du livre est éprouvante, mais Emmanuel Carrère écrit en journaliste, rapporte les faits à distance. Heureusement, rédigé avec émotion, ce n’aurait pas été éprouvant, mais impossible à lire, du moins pour moi.

« J’ai jeté ma femme à terre, je me suis couchée sur elle, tout le monde dans la fosse s’est couché. Après les premières rafales, j’ai vu un homme athlétique qui tirait vers le sol. Il avançait tranquillement, un ou deux pas, un tir, un ou deux pas, un tir. Il ne portait pas de cagoule. C’est en me rendant compte de ça, qu’il avait le visage à découvert, que j’ai compris qu’on allait tous mourir. »

Les parents des victimes, attente entre angoisse et espoir

Nadia Mondeguer a perdu Lamia, sa fille pendant les attentats, elle a appris sa mort le lendemain à 14 heures. Entre le moment où elle a appris que des attentats avaient eu lieu à proximité de chez elle et le moment où elle a su que Lamia faisait partie de « la liste », elle a voulu croire que si Lamia ne répondait pas, c’était à cause de son téléphone qui buggait.

Substituer le droit à la vengeance

Le père d’une victime a la haine, souhaite que la peine de mort n’ait pas été abolie. L’auteur fait remarquer, à juste titre, qu’il faut d’abord reconnaître cette fureur destructrice et archaïque pour être capable de la surmonter avant de « substituer la justice à la vengeance », ce qui « s’appelle la civilisation ».

Les familles des assassins, victimes collatérales

Emmanuel Carrère décrit les doutes et les parcours des parents des assassins. Que Dieu ou le destin nous préserve à jamais d’être le père ou la mère d’un de ses criminels fanatiques.

Un récit allégé par des anecdotes

On s’en doute, 363 pages sur le procès des attentats du 13 novembre, ce n’est pas une lecture plaisir, alors Emmanuel Carrère allège parfois son propos avec des anecdotes inoffensives comme celle de la fausse victime qui a trompé tout le monde pendant des années, celle du procès (un des procès) du terroriste Carlos qui se déroulait à l’étage en dessous et auquel personne n’assistait.

L’éternelle question de la limite

Y a-t-il des causes qu’un avocat refuserait de défendre ?

Réponse d’un des avocats de la défense :

« Si tu poses cette question, ça veut dire que tu n’as pas compris ce que ça veut dire d’être avocat. Je ne défends aucune cause, mais je ne refuse aucun accusé.

Être avocat, c’est ça : faire tout ce qu’on peut pour que l’accusé soit jugé selon le droit et pas selon les passions. »

Mon avis en résumé

J’ai appris beaucoup de choses en lisant ce livre, ce qu’est la défense de rupture, ou qu’il existe un barème pour indemniser les victimes. Mais pas seulement, il m’a aussi rappelé quelle chance j’avais, de vivre dans un pays civilisé.

Ma note

 Un document à lire : 5/5

Info-livre : V13 — Chronique judiciaire par Emmanuel Carrère

Couverture du livre d'Emmanuel Carrère, V13 Chronique judiciaire

Editeur : P.O.L
ISBN : 978-2-8180-5606-6
Pages : 368
Date de parution : 25/08/2022

D’autres procès

Enfant de salaud
Sorj Chalandon

A l'arrière-plan, le palais de justice de Lyon, où se déroula le procès de Kaus Barbie en 1987, au premier plan, couverture du livre de Sorj Chalandon, Enfant de salaud.
Couverture du livre de Sorj Chalandon, Enfant de salaud.

Femmes en colère
Mathieu Menegaux

A l'arrière-plan, la Justice avec sa balance et son glaive, au premier plan, la couverture du livre de Mathieu Menegaux, Femmes en colère
Six jurés tirés au sort, trois magistrats pour le procès de Mathilde
Partagez cet article
Catherine Perrin
Catherine Perrin

J'adore discuter de mes lectures. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux.

Publications: 419

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.